Revue de Presse. La PROVENCE

Un petit clic sur le lien ci dessous !

http://www.laprovence.com/article/avignon/sorgues-du-comtat-un-fax-du-prefet-jette-le-trouble

Extrait : "Le dernier conseil municipal de l’année avait, lundi soir à Entraigues, des airs de règlement de comptes. A commencer par l’intervention de Paul Ohrel (opposant de la Droite) qui s’insurge contre le texte du maire, faisant référence à la fameuse délibération contre la privatisation de La Poste : "Une attaque aussi violente sur l’opposition et de plus affichée en mairie, je trouve ça choquant". C’est Isabelle Vinstock (opp. Droite) qui prendra ensuite la parole pour s’assurer que "ce conseil est bien enregistré". Le maire Guy Moureau confirme. La séance peut commencer.

Et la tant attendue délibération portant sur le montant de la dette d’Entraigues depuis son départ des Sorgues du Comtat, fait son entrée. "J’ai reçu ce matin (ndlr, lundi) un courrier du préfet portant sur les termes de la liquidation patrimoniale et financière qui nous donne raison". Lecture de la lettre in extenso. Il s’agirait ainsi de 2,4M et non pas de 3,8M réclamés par les Sorgues du Comtat. "C’était la proposition que nous avions faite en décembre 2008 et le préfet nous donne aujourd’hui raison", poursuit le maire. Le calcul de ce montant serait établi à partir de l’actif et du passif du budget général sans tenir compte du budget annexe. Or, sur le budget annexe figurent les acquisitions de trois immeubles à Monteux et à Pernes, ce que revendiquent les Sorgues du Comtat pour obtenir leurs fameux 3,8 M…

"On a toujours regretté cette sortie précipitée", intervient I. Vinstock. "Nous constatons encore que les relations avec les Sorgues du Comtat sont mauvaises". L’opposante demandera des comptes au maire sur la méthode de calcul et sur les "restes à réaliser". Des fournisseurs ont en effet réalisé des prestations, engagées par la communauté de communes des Sorgues du Comtat, sur le territoire de la ville d’Entraigues. "Nous sommes d’accord pour les payer mais je ne sais pas à combien ils s’élèvent", répond le maire. Alors que les Sorgues du Comtat les évalue à 290 000€… Ce qui agacera le maire : "De toute façon, on sait que vous avez appelé à voter Gros !", lance-t-il. "Nous accuser de faire la défense de M. Gros et des Sorgues du Comtat, c’est quand même… gros !", clame d’une même voix le duo Ohrel-Vinstock.

Le 1er adjoint, Jean-Régis Marquié vole au secours du maire : "Mme Vinstock, j’ai l’impression que l’avis du préfet vous gêne… On est parti d’une dette de 7M€ pour se retrouver à 5, puis à 3,8 jusqu’à 2,4M. On a remis au préfet les documents qui montrent que nous avions raison… Et M. Gros et les autres élus en sont aujourd’hui pour leur frais…". "J’ai juste des inquiétudes", ajoute I. Vinstock, "et ne veux pas crier trop vite victoire. Il y a peut-être une faiblesse dans notre dossier…". "Si ce document est attaqué, on ira en contentieux", poursuit le maire. "Et puis l’intérêt d’Entraigues était en jeu. L’avenir c’est notre commune au sein d’une collectivité dans un cadre cohérent et pas sur un territoire artificiel… D’autres communes pourraient bien aussi partir des Sorgues du Comtat…". La délibération est votée. L’opposition Ohrel-Vinstock s’abstient."

Virginie BATAILLER