Nous étions là pour espérer avoir un débat démocratique sur une demande de transfert à la COGA mais là notre maire communiste s'est surpassé :

Accueil du public par deux huissiers de justice pour constater que les entraiguois, en demande de transparence, pouvaient être dangereux !

Au fait qui paye la facture des huissiers ? Que craignait-il ?

L'accès à la salle de conseil était très difficile et pour cause certains proches du maire étaient au seuil de la porte (il restait des places à l'intérieur!)

Que faisaient-ils au seuil ? On vous laisse réfléchir.

Ils faisaient barrage, les conseillers devant presque montrer « patte blanche » pour pouvoir rentrer. 

Une salle du conseil investie par tous les conseillers de la majorité depuis au moins 17h30  (heure à laquelle nous sommes arrivées) pour un conseil à 18h15 ; Etrange non?

D'autant que, les quelques sièges réservés au public étaient déjà occupés en grande partie par le comité de soutien du maire

(C'est comme dans le show biz  …. la claque est là pour la star !!! )

Pour la première fois le conseil a été enregistré grâce à notre intervention auprès  de la sous préfecture.

Sous l'œil d'une presse dubitative, la séance s'ouvre et là à notre grande surprise, ce n'est pas une explication concrète et objective que nous déroule le maire mais plutôt un réquisitoire violent contre les Sorgues du Comtat et surtout leur Président :

Le maire apparait soudain tel un « Super Héros » qui a sauvé Entraigues de l'oppresseur communautaire !!

Ouf on l'aurait échappé belle!

Toute cette prose indigeste appuyée de quelques interventions des conseillers de sa majorité mais néanmoins édifiantes :

- " Nous n'avions pas à en débattre avec tout le monde"

- " Nous n'avions pas le temps de faire un référendum »,

- « Il fallait prendre une décision d'urgence" : Etonnant non, est-ce un problème qu'ils ont découvert fin août ??

Non, le Maire nous a parlé de ses graves dissensions avec le maire de Monteux fin Mars 2008. Pire, son opposition de Gauche (ceux a qui, il a refusé un droit de parole même 15 minutes avant l’ouverture du Conseil), annonce des contact bien avant les municipales, justifiant ainsi les départs de certains conseillers de son ancienne équipe.

è Situation d’urgence : Mais des tractations occultes et inavouées depuis début 2008, ou 2007 ? 

L'intervention de Mr Phaly, a de quoi laisser perplexe puisqu'il s'agissait d'une lettre d’un ancien maire PS d'Avignon faisant état d'un choix judicieux.

Voulait-il influencer le vote qu'il n'aurait pas fait autrement.

L’'intervention de deux élues de la majorité inquiète des contreparties et contraintes financières n'a pas trouvé l'écho attendu. Dommage !

Que dire enfin de l'intervention de Mr Falanga élu de « l'opposition »  pour qui le débat démocratique ne semblait pas d'actualité, s'adressant au maire:

" je suis heureux de voir que tu as fait le bon choix …."

« Opposition » à Qui ? Aux ordres de Qui ? Tous les Entraiguois ont bien sûr les réponses !

Bien sûr nous sommes intervenus à plusieurs reprises,

Bien sûr nous avons insisté sur l'importance de mettre toute la population au courant avant toute décision de ce type,

Bien sûr nous avons dénoncé les irrégularités et malfaçons !

Bien sûr tout cela a été dit haut et fort ….

Nous avons distribué à tous les conseillers et dans le Public, le texte de notre intervention.

Mais le mépris affiché a eu raison de la démocratie et la décision a été adoptée !

4 voix contre : Celles des deux élus de la vraie opposition « Au cœur d’Entraigues » + deux conseillères de la liste MOUREAU

Une abstention : Une adjointe au Maire.

Un absent : Claude TUR

Le reste du Conseil Municipal (Groupe Falanga compris) a voté : POUR

Et après ! !  Les Entraiguois n’ont plus qu’à attendre, ou rêver aux belles promesses … et espérer un réveil pas trop douloureux.